Loading...
Vous êtes ici:  Home  >  Véhicules  >  Tests  >  Current Article

Essai Ford Fiesta: la nouvelle référence

Par   /  July 17, 2017

    Imprimer       Email
Ford fiesta red drive front

Les premiers exemplaires de la toute nouvelle Ford Fiesta sont arrivés chez les concessionnaires. Il faudra toutefois attendre début septembre, juste après les vacances, pour le lancement public officiel. En attendant, nous avons testé la version diesel la plus puissante développant 120 ch.

La nouvelle Ford Fiesta perpétue une tradition de plus de 40 ans. La toute première Fiesta a été lancée en 1976 et était une réplique Ford des modèles à succès de l’époque comme la Renault 5, la Fiat 127 et la Volkswagen Polo. Depuis lors, la Fiesta a été vendue à plus de 17 millions d’exemplaires. La version la plus populaire est le modèle sortant qui a même été, en avril 2017, la voiture la plus vendue d’Europe. Une tâche immense attend la toute nouvelle Ford Fiesta. Elle doit en effet consolider et si possible améliorer le succès de ses prédécesseurs. Un défi de taille car de plus en plus de clients tombent sous le charme des SUV compacts du style de la Renault Captur et de la Peugeot 2008. De plus, la nouvelle Ford Fiesta est confrontée à une série de concurrents directs flambants neufs comme les Nissan Micra, Volkswagen Polo, Seat Ibiza et autres Suzuki Swift. Citons encore, parmi les rivales importantes, l’Opel Corsa, la Peugeot 208 et la Renault Clio.

Cinq versions

Le nouvelle Ford Fiesta fait partie du segment B et est disponible dans de très nombreuses variantes. Outre les exécutions régulières (Trend, Business Class et Titanium), pointons une version Vignale luxueuse et la sportive ST-Line avec une suspension rabaissée d’un centimètre. En 2018, Ford élargira encore son offre avec une super sportive ST et avec l’Active dont la suspension sera rehaussée de 1,5 cm. Cette dernière se profile comme une quatre roues compacte qui reprend les caractéristiques stylistiques d’un SUV. En plus de la suspension relevée, la carrosserie bénéficie de passages de roues plus marqués censés souligner le caractère aventurier de la voiture. Contrairement à un grand nombre de ses concurrentes, la Fiesta n’est pas seulement disponible en 5 portes. Une 3 portes fait aussi partie de l’offre. Au total, sept moteurs sont désormais au programme : cinq à essence (70, 85, 100, 125 et 140 ch) et deux diesels de 1,5 litre pour des puissances de 85 ou 120 ch. Nous avons testé le plus puissant des deux.

Evolution

La nouvelle Ford Fiesta reprend clairement les propriétés stylistiques du modèle sortant. La face avant garde son caractère typique avec la calandre Aston, la forme de la surface vitrée et la ligne de ceinture montante. Nous pouvons parler ici d’une évolution stylistique. Ce qui est neuf en revanche, ce sont les blocs optiques arrière qui sont désormais horizontaux. La Fiesta semble ainsi plus large mais perd hélas un peu de sa personnalité. La carrosserie apparaît un peu plus fluide qu’auparavant, ce qui est essentiellement dû aux dimensions accrues générant des proportions mieux équilibrées. La nouvelle Ford Fiesta qui mesure aujourd’hui 4,04 et 4,06 mètres en fonction de la version, est plus longue de 7 à 9 cm alors que la largeur a augmenté de 13 mm. Ceci se traduit par un espace intérieur plus important qui sera surtout apprécié par les passagers arrière. Le coffre par contre est plutôt étriqué avec son volume de 292 litres. La banquette arrière peut toutefois être rabattue en deux parties asymétriques, même dans le modèle de base.

Nouvelle technologie

La nouvelle Ford Fiesta est dotée d’une planche de bord totalement redessinée qui accentue la largeur de l’intérieur. La qualité d’assemblage est remarquable et le choix des matériaux s’est considérablement amélioré sans toutefois encore atteindre le niveau d’une Polo par exemple. Les nombreuses commandes, si typiques du modèle sortant, font place, dès la Business Class, à un écran tactile clair et très réactif. La technologie SYNC3 avec bluetooth et reconnaissance vocale est disponible. Par ailleurs, le pack comprend Applink et Mirroring (Android/Apple Carplay). Les compteurs avec deux grands cadrans et deux petits et un écran d’information sont soigneusement regroupés derrière le volant qui est réglable en hauteur et en profondeur. Avec la nouvelle Fiesta, Ford met également à disposition une série d’aides à la conduite. Le contrôle de trajectoire fait même partie de série de la version de base. Mais la liste d’option comporte également un avertisseur de collision, la détection des piétons, le contrôle de l’angle mort et le parking automatique et semi-autonome (tant parallèle que perpendiculaire).

Plaisir de conduite

Le diesel 1,5 litre de 120 ch peut avancer quelques chiffres convaincants. Ce quatre cylindres turbo permet à la Fiesta d’atteindre les 100 km/h départ arrêté en 9 secondes tout juste tandis que les émissions officielles de CO2 restent limitées à 89 gr/km. Plus important encore la manière dont cette version traduit ces chiffres dans la pratique. En termes de bruit, le moteur est particulièrement bien isolé, y compris pendant les accélérations. Le déploiement de puissance est de plus très progressif, ce qui permet à cette Fiesta de se mouvoir de manière très fluide. Elle est aidée en cela par une boîte de vitesses à six rapports. Le passage des vitesses se déroulent sans heurts et via un schéma court et précis. Le grand atout, c’est le comportement routier lui-même. Cette Fiesta n’a pas seulement un comportement sûr mais réussit aussi à délivrer une bonne dose de plaisir de conduite. La direction assistée est bien dosée et la direction elle-même est précise. En cas d’accélération en sortie de virage, on ne constate aucune réaction gênante au niveau de la direction malgré la traction avant. La voiture se montre très stable et réussit à filtrer les inégalités. Autrement dit : la suspension est rigide mais pas dure. L’aisance affichée par la Fiesta est également due au système de freinage bien dosable qui compte quatre disques dans cette version. La Fiesta invite à observer un style de conduite dynamique sans que la consommation n’en soit négativement influencée. Nous avons noté une moyenne de 5,3 litres/100 km. Avec un style de conduite plus doux, la moyenne tombe même à 4,8 litres/100 km.

Bilan fleet

La nouvelle Ford Fiesta mérite franchement le qualificatif de nouvelle référence du segment B. Reste à voir s’il pourra conserver ce statut quand la nouvelle Volkswagen Polo aura fait son apparition dans l’arène. Le design de la Fiesta n’est pas innovant mais reconnaissable et réussi tandis que son intérieur est suffisamment spacieux pour quatre adultes. Elle est également dans l’air du temps en termes de connectivité et de technologie. Le choix des matériaux aurait cependant pu être meilleur à l’intérieur et le coffre est plutôt étroit. Ses principaux mérites ? Le comportement routier plaisant et le confort sonore. La consommation et les faibles émissions de CO2 (89 gr/km) sont aussi de vrais atouts. Dommage toutefois que le moteur de 120 ch ne soit disponible qu’à partir du Titanium plus onéreux. Le diesel plus léger, le 1.5 TDCi de 85 ch, est disponible dès la version de base et émet entre 82 et 84 gr de CO2/km. Dans le cas des versions à essence, le 1.0 EcoBoost de 100 ch est celui qui rejette le moins de CO2 (97 gr/km).

FORD FIESTA 1.5 TDCi TITANIUM

FICHE TECHNIQUE

Carburant     Diesel
Puissance 88 kW /120  ch
Couple maxi 270 Nm@ 1750-2500 t/m
Cylindrée 1499 cc
Poids 1188 kg
Capacité du coffre 292/1093 litres
Réservoir 42 litres
Consommation moyenne du test 5,3 l/100 km
Emissions de CO2 89 g/km
Vitesse de pointe 195 km/h

AUTRES MOTEURS

moteur         carburant          puissance

1.1             essence         70 ch
1.1                         essence         85 ch
1.0 EcoBoost         essence         100 ch
1.0 EcoBoost         essence         125 ch
1.0 Ecoboost       essence         140 ch
1.5 TDCi         diesel             85 ch

Tags: , , , ,

    Imprimer       Email
This post has been viewed 183 times

Sur le même thème ...

Renault_Espace20183

Essai Renault Espace: avec un 225 chevaux, elle s’offre un zeste d’Alpine

Lire plus →