Loading...
Vous êtes ici:  Home  >  Actualités  >  Current Article

Tournant historique : davantage de voitures essence que de diesel vendues en Belgique

Par   /  July 5, 2017

    Imprimer       Email
essence-diesel

La fiscalité et les accises sur le diesel ont fortement réduit l’intérêt du belge pour les voitures diesel. C’est ce qui ressort des récents chiffres du marché belge des véhicules neufs. Durant les premiers mois de cette année, 254.899 véhicules neufs ont été vendus. Un peu plus de 50% sont équipés d’un moteur essence. Il y a quatre ans (en 2013), il y avait encore 2 fois plus de véhicules diesels vendus que de véhicules essence.

Le choix d’un véhicule essence se révèle à l’heure actuelle plus intéressant pour les conducteurs qui effectuent moins de 20.000 km et même dans certains cas moins de 30.000 km par an. Avec l’adaptation de la fiscalité flamande en matière de TMC et de taxe de roulage, les véhicules diesels sont plus lourdement taxés que les essences depuis 2016. De plus, le système fiscal du cliquet joue également un rôle dans la réduction de la différence d’accises entre diesel et essence sur le prix à la pompe. Beaucoup ont oublié que le gouvernement a introduit un système de réduction des accises sur l’essence dès 2016. Le but est que d’ici la fin 2018 – le début 2019, les deux types de carburants soient vendues quasiment au même prix, indépendamment des fluctuations du marché des prix et des augmentation d’indexes à venir. L’année 2018 sera donc une année charnière. Durant celle-ci, une importante augmentation des accises sur le diesel est en effet prévue.

Dans ce dernier scénario, il ressort d’une série de tests effectués par VAB sur 18 modèles de véhicules, que seulement 2 des 18 modèles testés se révélaient financièrement plus intéressant avec une motorisation diesel qu’une motorisation essence pour des conducteurs effectuant 30.000 km/an. Aujourd’hui, un autre phénomène entre en ligne de compte : l’attention accrue pour la qualité de l’air et en particulier les NOX des véhicules diesels ainsi que l’intérêt réduit des émissions de CO2. La majorité des conducteurs privés utilisent leur véhicule durant 8 ans et sont incertains quant à la valeur de revente de leur véhicule diesel en 2025 et au coût supplémentaire éventuel lié au remplacement du filtre à particules suite aux tests d’émissions plus strictes annoncés pour le marché automobile belge. Même sur une durée classique de 4 ans pour un véhicule en leasing, la question se pose de l’augmentation de la valeur résiduelle de ceux-ci dans l’environnement de marché de 2021, puisque la baisse des ventes des véhicules diesel se profile dans différents pays européens. A un moment, cela aura aussi un impact sur le montant de la location mensuelle. Il faut prendre cette question au sérieux, d’autant plus face à la récente proposition du ministre allemand de la circulation et des transports, Alexander Dobrindt. Celui-ci propose un rappel sans précédent de plus de 12 millions de véhicules diesel en coopération avec l’industrie automobile allemande pour une mise à jour logicielle. Ceci en raison de l’interdiction imminente (au 1er janvier 2018) de circulation des véhicules diesel plus anciens qu’EURO 6 dans un grand nombre de villes allemandes. Le secteur automobile est en pleine mutation. Volvo a annoncé voici deux mois qu’il ne développera plus aucun moteur diesel à l’avenir. Aujourd’hui, la marque annonce qu’elle ne produira plus que des modèles hybrides dans la période 2019-2021.

    Imprimer       Email
This post has been viewed 468 times

Sur le même thème ...

Lars Agten - CarsOnTheWeb

Lars Agten, nouveau Country Manager de CarsOnTheWeb Belgium

Lire plus →